Parcours solidaire

Dans le cadre de la première fête de la Transition à Braine-l’Alleud, une quinzaine de personnes sont parties, ce 25 mai, à la découverte de quatre associations qui tissent la solidarité dans la commune.

Chaque association était invitée à répondre à trois questions :

  • à quels besoins répondez-vous ?
  • de quoi auriez-vous besoin pour mieux remplir votre mission ?
  • quel est votre souhait, votre rêve pour une commune plus solidaire ?

Les mots-clés de chaque rencontre ont été inscrits sur des bandes de tissu qui, à l’arrivée, ont permis de réaliser un « tissage solidaire », symbole du tissu social, du réseau solidaire qui permet aux plus fragilisés de tenir debout grâce à l’aide et à la chaleur humaine qu’ils reçoivent dans ces associations.

Première halte : Les chemins de Traverse

La première étape a mené le groupe de la Ferme du Houzart, où avait lieu la fête, chez Luc De Keersmaeker, l’un des fondateurs des « Chemins de Traverse », où c’est la complémentarité, la diversité, la confiance qui ont été mises en avant. Des ingrédients indispensables pour ces balades et randonnées de haute montagne où des personnes libérées après un séjour en prison escortent des randonneurs à mobilité réduite dans des « joëlettes », accompagnés par des volontaires amateurs d’aventure et de solidarité.

Serge Dainville explique le « Rest’ô et Cie »

La deuxième halte a ramené le groupe dans le jardin du Houzart, où l’attendait Serge Dainville, qui gère le Rest’Ô et Cie, un resto social (ouvert à tou.te.s) qui sert en semaine entre 40 et 50 repas chaque jour, grâce à un peloton de bénévoles qui se relaient en cuisine et en salle. Les vivres sont en grande partie récupérés dans des grandes surfaces. Un lieu où l’on vient manger, bien sûr, mais aussi briser sa solitude.

Dans les coulisses de la Fol’Fouille

Troisième escale : La Fol’Fouille, où la directrice de l’Eglantier a expliqué le travail de cette association qui accueille et accompagne des femmes seules avec leur(s) enfant(s) le cas échéant. La Fol’fouille, ressourcerie créée par l’Eglantier, allie économie et écologie, permet aux femmes de s’équiper à petit prix, mais aussi à l’association de s’assurer des revenus bien nécessaires pour faire face aux nombreuses demandes.

Le P’tit Maga

Enfin, les bénévoles du P’tit Maga ont accueilli le groupe dans ses nouveaux locaux pour détailler le fonctionnement de cette épicerie sociale où c’est « -50% toute l’année ! ». Encore un lieu où on vient chercher à manger, mais aussi de la chaleur humaine et du lien social, passer un peu de temps autour d’un café, parfois avant d’aller manger au Rest’Ô. Encore un lieu qui vit grâce à des dizaines de bénévoles qui ne comptent pas leurs heures ni leur énergie au service des autres.

Tisser la solidarité…

De retour à la Ferme du Houzart, le tissage a pu être réalisé ; il permettra de garder une trace de ce parcours préparé par le groupe « Transition et Justice sociale » qui est accompagné par Vivre Ensemble. Un parcours qui renforce le groupe dans sa volonté de créer des liens entre citoyens et entre associations, entre transition et lutte pour plus de justice sociale.

One Reply to “Parcours solidaire”

  1. evelyne

    J’aimerais monter sur BLA un second(le 1er étant sur St Gilles) habitat-groupé-solidaire avec entre autre des personnes en difficulté psychique. J’y ai travaillé déjà 3 années. Je serais prête à exposé le travail de préparation déjà réalisé, afin de voir si certaines personnes sont intéressées par ce projet, et y travailler à cette réalisation dans notre commune.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.