Gilets jaunes, gilets verts, même combat ?

26 avril 2019 – Christine Mahy, Nicolas Van Nuffel… et nous ! Un débat pas comme les autres !

L’écologie peut-elle se passer de la justice sociale ? C’est la question qui a réuni à Braine-l’Alleud ce 26 avril une quarantaine de personnes autour de Christine Mahy et Nicolas Van Nuffel, respectivement Secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté (RWLP) et Président de la Coalition Climat.

L’invitation avait été lancée par le groupe « Transition et justice sociale » de Braine-l’Alleud en Transition qui explore cette question depuis un an, accompagné par « Vivre Ensemble ».

Gil et John : une impro pour se mettre dans l’ambiance…

Ceux et celles qui s’attendaient à une conférence-débat classique (exposés – questions – réponses) en ont été pour leurs frais, à commencer par la minute d’impro entre Gil & John : un ‘gilet vert’ (Rémy) et un ‘gilet jaune’ (Godelieve) qui se sont envoyés à la figure slogans et idées toutes faites. La disposition de la salle – façon cabaret – annonçait d’emblée la couleur : Stéphane vanden Eede (CIEP-BW) a co-animé la soirée d’une façon plutôt originale. Pas d’exposés ex-cathedra, mais une dynamique participative où il s’agissait pour le public de proposer, en petits groupes, des mesures qui soient à la fois écologiquement et socialement justes. Il revenait ensuite aux deux invités, promus « bureau du Plan » pour l’occasion, de valider ou non ces propositions, arguments à l’appui.

Cette formule a permis d’aborder une large gamme de questions comme la suppression des voitures-salaires, l’isolation des logements sociaux et privés les plus mal en point, le pacte finance-climat, le statut cohabitant, le transport aérien et maritime de marchandises, la taxe carbone, la gratuité des transports publics…

Sans surprise, Nicolas Van Nuffel et Christine Mahy étaient d’accord sur la plupart des questions évoquées ; ils y ont apporté leurs expertises complémentaires. La Secrétaire générale du RWLP portant les réflexions et combats politiques des personnes qui vivent la précarité ou la pauvreté ; le Président de la Coalition climat développant des aspects plus techniques ou plus globaux. Ainsi, quand a été posée la question de la gratuité des transports en commun, Christine Mahy a expliqué que, pour les plus pauvres, la fréquence et l’accessibilité des transports est plus importante que leur gratuité. Si les petites gares étaient rouvertes, si les fréquences augmentaient (pour les bus comme pour les trains), si la complémentarité des modes de transport était réfléchie, les personnes à faible revenu qui vivent en milieu rural pourraient plus réalistement envisager de se passer de voiture. Et que dire de celles qui n’ont pas les moyens d’en avoir une ? Et de citer l’exemple de chômeurs de Barvaux qui ont dû abandonner une formation professionnelle entamée à Marche, en raison de la suppression du dernier train de la soirée.

Sur le même sujet des transports, Nicolas Van Nuffel a rappelé (ou appris à l’assistance) que, côté transport aérien, le transport de marchandises est plus intensif et donc plus polluant que le transport de passagers. La mondialisation du commerce, qui semble aujourd’hui une évidence, est ainsi questionnée – et nos habitudes de consommation aussi, du même coup.

Impossible de rapporter la richesse des échanges de ces deux heures en quelques lignes, bien entendu. S’il fallait souligner trois champs d’action principaux à retenir de cette soirée, ce serait ceux qui font sans l’ombre d’une hésitation consensus entre nos deux invités, tant pour leur aspect écologique que pour leur équité sociale : l’isolation des logements (sociaux en particulier) tout d’abord ; le développement des transports publics, ensuite – deux points sur lesquels la Belgique s’est fait « taper sur les doigts » par la Commission européenne, nous a expliqué Nicolas Van Nuffel – et, enfin, une fiscalité juste, condition sine qua non de tout progrès, tant environnemental que social.

Avant le verre de l’amitié, quelques rendez-vous ont été proposés pour prolonger cette soirée par des mobilisations citoyennes, à quelques semaines ou quelques jours des élections :

– Le 7 mai : « Grand débatorium » du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté à Namur. Débat politique pré-électoral : de la gestion à l’éradication de la pauvreté ! En savoir plus et s’inscrire.

– Le 9 mai, journée de la Justice fiscale. Une distribution de feuillets informatifs aura lieu dans les gares dès potron-minet. En savoir plus ou participer à cette distribution.

Le 12 mai : grande marche « Right(s) Now ! ». Des droits pour tous et toutes, maintenant ! C’est l’aboutissement de la campagne TamTam, la convergence des mobilisations autour des grands enjeux de ces dernières années : le climat, la justice sociale, l’accueil des migrants. Deux semaines des élections, soyons innombrables dans les rues de Bruxelles pour dire à nos futurs élus que nous attendons d’eux plus que des promesses et des discours !

– Le 25 mai : « Fête de la Transition » à Braine-l’Alleud. Pour découvrir les initiatives des groupes de Braine-l’Alleud en Transition dans une ambiance festive et ensoleillée (c’est programmé/réservé J) : balade plantes sauvages comestibles, parcours solidarité, atelier zéro déchet, expo et infos sur la future monnaie citoyenne, marché gratuit aux plantes et aux semences, jeux, musique, pic-nic et food trucks… À ne manquer sous aucun prétexte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.