10e Samedi de la Transition – Ciné-débat « Volontaire ! » – 20 janvier 2018

À nouveau, un Samedi de la Transition « en déplacement », ce 20 janvier, puisque nous nous sommes retrouvés à une soixantaine, bien serrés au premier étage du Centre culturel, pour un ciné-débat qui a jeté des ponts entre la Transition et les associations de lutte contre la pauvreté. L’événement était en effet coorganisé par Braine-l’Alleud en Transition, Vivre Ensemble et Accueil et Orientation Volontariat. Mais pourquoi donc ?

  • Parce que l’engagement citoyen est un point commun entre la Transition et la lutte contre la pauvreté. D’un côté comme de l’autre (et parfois des deux à la fois), des citoyens donnent du temps, du talent et du cœur pour une cause qui leur tient à cœur.
  • Un autre point commun, c’est que les initiatives de transition et les bénévoles qui s’engagent dans les associations de lutte contre l’exclusion sociale se mobilisent pour une société plus juste, plus accueillante, plus conviviale pour tous et toutes, pour aujourd’hui et pour demain.
  • Enfin, dans la transition comme dans la lutte contre la pauvreté, on a à cœur de tisser des liens, de lutter contre l’isolement, l’enfermement de chacun dans sa bulle. On sait qu’il est important de lutter, de travailler, d’avancer collectivement et pas chacun pour soi ou les uns contre les autres.

Après une brève présentation des trois organisations… organisatrices, nous avons regardé un petit film qui donne un aperçu du dynamisme du volontariat à Braine-l’Alleud et Waterloo, dans la lutte contre la pauvreté, mais aussi dans d’autres domaines, comme la culture ou l’anti-gaspi (Repair’Café). Vous pouvez le regarder ici.

Puis, place au plat principal : le film « Volontaire ! », qui présente quatre portraits de volontaires qui s’engagent pour et avec les autres. Parce que « après tout, on est tous des êtres humains et chacun, là où il est, peut faire quelque chose » (Fernande). Parce que « le social, c’est d’abord une révolte par rapport à l’injustice » (Fabian). Parce que donner, c’est aussi recevoir et « créer un lien » (Luc). Et parce que « l’humain doit avoir cette optique de se dire ‘Et si c’était moi ? Qu’est-ce que moi je ferais ?’ » (Régine)

Nous avons ensuite pu échanger nos impressions et réflexions, avec Yves Dorme, le réalisateur, Luc De Keersmaeker, protagoniste du film et d’autres membres de l’association brainoise « Les chemins de Traverse » et Emmeline Orban, secrétaire générale de la Plateforme francophone du Volontariat.

Si les certains participants sont volontaires depuis longtemps, d’autres découvrent « un autre monde, comme la planète Mars, un monde de bienveillance, tout le contraire de ce qu’on trouve dans la vie courante ».

L’après-midi s’est terminée, comme il se doit par un verre et un morceau de cake.

Si vous êtes intéressé.e à continuer à tisser des liens entre Transition et justice sociale, contactez-nous !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *