Monnaie citoyenne : résumé des épisodes précédents

Tout commence en juin 2016 avec une rencontre à Waterloo, où Rosa, alors responsable BW de Financité nous explique le pourquoi et le comment d’une monnaie citoyenne.

La première rencontre à Braine autour du projet de monnaie citoyenne a eu lieu fin avril 2016, réunissant une quinzaine de personnes. Avant de se lancer dans l’aventure, le groupe a jugé sage de passer par une étape exploratoire : quelle est la situation économique, et de l’euro en particulier, actuellement ? quels sont les acteurs et les secteurs concernés dans notre commune ? à quoi pourrait servir une monnaie citoyenne à Braine-l’Alleud/Waterloo ? Comment cela fonctionne-t-il ailleurs ?

Des rencontres ont été organisées avec

  • Dominique Denoël, économiste, qui nous a confirmé la fragilité du système financier mondial et a mis en avant la fonction de résilience d’une monnaie citoyenne.
  • Jean-Yves Buron, fondateur du Valeureux, la monnaie citoyenne de Liège. Il a captivé la trentaine de participants à la soirée, en décrivant la création et la progression du Valeureux, ainsi que les changements qu’une monnaie citoyenne peut susciter chez les commerçants et les consommateurs.
  • Jean-Marc Wauthier, représentant de l’association des commerçants de Braine-l’Alleud.
  • Des représentants du CPAS, qui nous ont éclairés sur la situation sociale dans notre commune et sur l’action du CPAS.
  • Eric Luycks, fondateur des Blés, monnaie citoyenne de Grez-Doiceau, qui nous a décrit la dynamique qui prend vigueur dans sa commune rurale.

En septembre, une réunion des diverses initiatives en cours ou en projet dans le Brabant wallon a eu lieu à Rixensart, à la Ferme de Froidmont. L’idée d’une monnaie brabançonne y a vu le jour. Lors de la réunion suivante, où étaient présentes de nouvelles personnes (mais peu de celles présentes à la première réunion), on s’est enthousiasmé à l’idée une monnaie électronique valable dans toute la Wallonie !

Le 28 janvier 2017, Financité a réuni tous ses groupes locaux « Monnaie citoyenne » à Namur et y a invité notre groupe également. Une bonne trentaine de personnes venues de toute la Wallonie ont discuté, échangé, fait connaissance. Il est ressorti de la rencontre que l’idée d’une monnaie wallonne n’est pas mûre et qu’il vaut mieux consolider et mettre en place des monnaies plus locales, en attendant un système électronique. Le paiement électronique fonctionne déjà à Grez-Doiceau. À terme, il devrait permettre aux prestataires de services (commerçants, entrepreneurs, producteurs…) de se payer entre eux en monnaie citoyenne, puis s’étendre aux clients également. Mais nous n’en sommes pas encore là !

Parallèlement, un petit groupe de six personnes s’est réuni régulièrement pour élaborer une charte qui sera un peu l’ADN de notre monnaie : quels sont ses objectifs, les valeurs portées, les critères de participation pour les prestataires, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *